Ateliers de création en détention

Les membres de la compagnie Zaï donnent régulièrement des ateliers de création artistique en détention grâce au soutien de l'association Wake Up Café.

Trois ateliers ont deja vu le jour:

- atelier portraits et expression corporelle (Prison de femmes de Réau)

- atelier de théâtre (Maison d'arrêt des Hauts de Seine)

- et un atelier plus conséquent d'ombres chinoises et de création musicale en association avec Nicolas Judelewicz en vue d'une representation hors les murs à la Philarmonie de Paris.

Quelques souvenirs de cette représentation hors du commun, un moment fort émotionnellement, à la Philharmonie de Paris, jeudi 17 novembre 2016 dans le cadre des rencontres hors les murs de la SACEM et du SPIP ile de France.
Création d'une adaptation courte du "Vieux qui lisait des romans d'amour" de L. Sepulveda, avec 9 volontaires de la maison d'arrêt de Nanterre. Création sonore et musicale de Nicolas Judelewicz (bretzel-lab) et une mise en scène en ombres chinoises de Arnaud Préchac et Florence Garcia. Avec le soutien de wake up Café, et de la SACEM, sur une proposition et grâce au soutien de Sarah M'Bodji et du SPIP d'île de France.


Transmission avec les jeunes

A.R.T.S Artiste Résidence Territoire Scolaire 2014 (Cie des grands mâtins)

La transmission auprès des jeunes est une chose que les membres de la compagnie ont a cœur de continuer de développer. En 2014 Arnaud Préchac était d’ailleurs choisi avec la compagnie des grands mâtins pour répondre au projet A.R.T.S (Artistes Rencontre Territoire Scolaire), projet mené par la médiathèque d’agglomération de Cambrai, l’éducation nationale, et la DRAC du Nord Pas de Calais, suite à l’appel à Projet  pour une résidence de quatre mois visant à créer avec les  jeunes générations cambrésiennes (750 enfants), un “geste artistique” autour du corps et du mime (environ une trentaine de projets de mini spectacles ont été menés: écoles, associations, médiathèques, centres culturels et sociaux...)

Par petits groupes, ils ont pu travailler des performances de mime, et d’expression corporelle burlesque, et ils ont pu travailler le langage corporel au travers de nombreuses expériences en tout genre, essentiellement des spectacles et petites performances ensemble autour de sujets et histoires qu’ils écrivaient ensemble. En moyenne, l’artiste les rencontrait quatre fois sur les quatre mois pour une trentaine de spectacles ou expériences visuelles.
Voir le blog de la résidence sur ce lien (photos vidéos et articles de presse des évènements)


http://www.123-arts.com/dispositif-a-r-t-s/a-r-t-s-2014/cie-grands-m%C3%A2tins/